Urrizpilota, Elhorriko Kaskoa, Autza.

Deux sommets sans grandes difficultés pour se mettre en jambe avant la montée plus raide vers l’Autza en longeant l’Harrigorri.

Le 7 avril 2017, départ du col d’Ispéguy, beau temps tout au long de la journée

9h20 un panneau indique ma direction Elhorrieta. Je descends doucement par ce sentier qui va se rétrécir en rentrant dans le bois, devenir souple sous le tapis de feuilles, aérien et caillouteux plus loin. La végétation démarre, mais les hêtres n’ont pas encore leurs feuilles. Les arbres deviennent plus rares, l’horizon s’élargit, droit devant la dent rouge de l’Harrigorri,

10h j’arrive au niveau du col de Nekaitzeko. 

A gauche, un semblant de chemin rentre vers le bois, il faut sans difficulté franchir Nekaitzeko Erreka, et continuer dans ce sous-bois moussu. De jeunes hêtres ont ouvert leurs premières feuilles, d’autres ont gardé l’enveloppe de la faîne en guise de chapeau.

 

Un chevreuil a détalé à mon approche mais a continué à aboyer, il ne doit pas voir grand monde en ces lieux. Le tapis de feuilles mortes m’a fait rater la voie directe, et je me retrouve un peu trop bas au sorti du bois. Urrizpilota est derrière moi, je remonte en suivant une petite sente qui rejoint le sentier de Trempetta. Je slalome un peu entre les rochers, un pottock est au sommet, il est 11h quand je le rejoins. 

Je descends sur la route, croise quelques équidés et grimpe sur Elhorriko Kaskoa. Il est 11h37 quand j’arrive au cairn du sommet.

Une voiture monte au col d’Elhorrieta, c’est aussi ma direction via les bornes frontières 100 et 101 et les cromlechs. Une stèle discoïdale a été érigée depuis mon dernier passage. (Hommage à un marathonien décédé lors de sa dernière course). Au col, la borne n°102 marque le début de la montée vers Autza. (Hautza pour la France).

Cette montée est assez raide, parfois aérienne, rendue glissante, les racines stoppent les départs de surf. Harrigorri est sur la gauche, il faut le dépasser pour être à mi ascension.

Je sors du bois, retrouve le vert pâturage et un couple de randonneurs, avec qui je discute un moment, ça me permet de reprendre mon souffle.

 L’ascension continue au soleil, quelques cairns indiquent la route à suivre. Des brebis, quelques corbeaux et un groupe de dacquois sont sur ma route, nouvelle pause et nouveau départ, le sommet n’est plus loin. Il est 13h30 quand j’arrive à la stèle des montagnards, je rejoins la borne géodésique et me dirige vers le site des pierres dressées. Une dalle me servira de table pour casser la croûte.

Même pas 20 mn de pause et je redescends, par le même chemin jusqu’à la borne 102, je longe le cel de Nekaitzeko Lepoa puis les postes de chasse, monte vers la brèche à flanc d’Olhate et redescends dans le bois d’Olhateko Kaskoa. A la sortie du bois la chaine du Gorramendi s’offre à mon regard, même la boule blanche de l’Artzamendi est visible. Je laisse la borne n°92 a ma gauche et fais une dernière descente raide dans le matelas de feuilles mortes vers le parking du départ. 15h50 je suis à ma voiture. 

Cette balade vous a plu,

  • Vous souhaitez la trace au format GPX ou KML,
  • Vous voulez m’apporter votre témoignage,

Laissez-moi un message via l’onglet « Contact » en mentionnant le nom de la balade.

  • Vous souhaitez recevoir mes nouvelles balades,

Inscrivez-vous à la newsletter..

Tags :

Balades Gasconnes, Urrizpilota, Elhorriko Kaskoa, Autza, St Etienne de Baïgorry, Ispéguy, Harrigorri, Elhorrieta, Nekaitzeko,