Urculu, Sayarre, Arlépoa, Harpéa

Urculu, Sayarre, Arlépoa, Harpéa
Harpéa depuis le sommet d'Arlépoa.

Une balade en boucle pour rejoindre deux lieux emblématiques de la Haute Vallée de la Nive.

Le 28 mai 2015, départ du col d’Orgambidé à Estérençuby, journée idéale pour randonner.

9h20, je rabats les rétroviseurs, des chevaux occupent le site et ils aiment bien s’y gratter, c’est d’ailleurs ce que fait l’un d’eux sur les cromlechs d’Orgambidé. Je passe la borne 212 puis la 211 et me dirige Nord/Ouest vers la cabane de Paoberry. Un carnage a eu lieu sur mon chemin et les auteurs ont laissé des plumes. La borne 209 est au pied d’une aubépine. Je monte au dessus de la cabane, dans le vallon suivant les roches ont changé de couleur. La borne 208 est à coté du gouffre devant les cabanes de Leizehandy que je contourne par la gauche. Le sentier rentre dans le bois, quelques cairns sont bien utiles, la piste se perd parfois, des petites clairières se succèdent. Devant moi une pente herbeuse, ça monte toujours, la borne 207 se dresse sur la crête à ma droite et j’arrive au cairn du sommet d’Urculu, la tour est devant moi il est 11h02.

Le site est toujours aussi beau mais désert, pas pour longtemps, du monde monte d’Arnostéguy. Je descends entre les roches, des brebis occupent les maigres pâturages. Je serpente entre les rochers croise de gros monolithes, traverse la plaine pour trouver le dolmen de Soroluze il est 11h33. Derrière moi Urculu à fière allure. 

Je reprends la piste longe un bois, un ruisseau chante gaiement, la vierge d’Etzangio attend ma visite, je passe devant sa garde rapprochée, évite les cabanes puis traverse la route qui mène à Orbaïzeta. Je monte vers un panneau signalétique, prend la direction Ursario passe sur un échalier et poursuis sur le sentier boueux. Ça monte gentiment sur le GR 12, je croise le dolmen d’Ursario et débouche sur le plateau des « milles vaches » mais pas une corne, le paysage a encore changé, un ruisseau se love dans la cuvette. Je traverse une large piste et monte plein Nord pour atteindre le sommet herbeux de Sayarre occupé par des chevaux et deux troupeaux de brebis manech, l’un tondu et l’autre pas. Il est 13h 10.

Le temps se couvre, la brume semble vouloir tomber, le sommet de l’Erozaté est caché. Je reste sur cette crête herbeuse longue de plus d’un km. Un rayon de soleil éclaire le mamelon d’Arlépoa. 13h35 j’aperçois Harpéa. Je descends en travers au milieu de l’herbe, cherche la voie la plus propice pour monter au sommet, après la Vierge, c’est une bête à bon Dieu qui me montre le chemin. 13h53 je suis au sommet d’Arlépoa face à Harpéa. Superbe ! 

La descente est raide, faut choisir entre les gravillons et l’herbe, les bâtons sont bien utiles. La borne 218 est toujours là, je prends la petite sente et à 14h12 je pause mon sac dans la grotte pour casser la croute. Il était temps. 20mn de pause, je reprends le sentier, passe devant les installations d’élevage et rejoins la route asphaltée pour les 2,5 derniers kilomètres. L’Erozaté montre sa cime, aux cabanes d’Elhursaro le berger a lâché ses brebis et ses cochons. Sur une crête une croix rappelle la fin tragique de 5 randonneurs victimes d’un feu d’écobuage et invoque la Vierge Marie.

 

Sur ma gauche les bornes défilent 214, la 213 est doublée, les aubépines embaument, 15h42 je rejoins ma voiture, les chevaux sont toujours là. 

Cette balade vous a plu,

  • Vous souhaitez la trace au format GPX ou KML,
  • Vous voulez m’apporter votre témoignage,

Laissez-moi un message via l’onglet « Contact » en mentionnant le nom de la balade.

  • Vous souhaitez recevoir mes nouvelles balades,

Inscrivez-vous à la newsletter..

Tags :

 

Urculu, Sayarre, Arlépoa, Harpéa, Nive, Orgambidé, Estérençuby, Paoberry, Leizehandy, Arnostéguy, Soroluze, Etzangio, Orbaïzeta, Ursario, Erozaté, Elhursaro,