Santiago Tres

Ostabat - Honto

Jeudi 5 avril 2012 temps pluvieux.

 

Départ tard, 8h ½, la piste à la sortie du gîte est mouillée il a plu toute la nuit, j’ai mis le pantalon de pluie, mais je n’ai pas mis la cape.

Sur la route avant Larceveau ça devient désagréable, des gouttes me coulent dans le col, j’n’aime pas ça. Je bâche.

  

9h45, j’ai fait plus de sentier que de route, c’est boueux, parfois ça glisse mais ça passe. Le sentier surplombe la grand route de 10 a 30 m tantôt dans un champ tantôt dans un bois, heureusement que j’ai les bâtons, ça monte quand même bien, la pluie continue, la campagne est bien verte Je passe un ancien moulin, plus loin c’est la Croix de Galzetaburu, les brebis se mouillent comme moi. J’ai fait un bout de route avec Hannelore puis je l’ai laissée, elle avait besoin de se reposer.

A Gamarthe je me suis fait rejoindre par Gabrielle, Xavier et Hannelore un bout de discussion, pas un troquet en vue pour prendre un café. La brume est bien basse par cette route en parallèle de la grand route connue je n’arrive pas à me repérer et je ne reconnais pas Lacarre et son château. A Othagaïne un panneau indique 265 m d’altitude et St jean Pied de Port a 1h 40, plus loin un panneau de signalisation a été un peu modifié avec humour.

A l’entrée de Bussunaritz un troupeau de vache rejoint son champ, je retrouve Xavier et sa compagne le cul par terre en train de casser la croute. Je continue un peu et j’arrive à un arrêt de bus avec un banc et une fontaine d’eau potable juste avant la maison noble d’Apat. J’en fais mon restau du jour.

Aujourd’hui, il fait froid, pas de sieste. Je traverse St Jean Le Vieux ; il me semble qu’au loin j’ai vu Hannelore se tromper de chemin. Je ne la reverrais plus, elle quitte le chemin ce soir a St Jean Pied de Port. Plus loin la petite chapelle en pierre rouge de la Magdeleine est posée en bordure d’une cascade du Laurhibar. Un ¼ d’heure après il me semble apercevoir la citadelle entre les arbres.

St Jean Pied de Port est là, dans la brume l’Arradoy ne montre pas sa beauté, les rangs de vigne paraissent à peine. Je franchis la Porte St Jacques. A la permanence de la rue de la citadelle le permanent de l’association Jacquaire m’a pris pour un anglais … avec mon béret !!! Non je ne spike pas l’anglich. Les hospitaliers ne sont pas du cru, je les ai connus plus accueillants, aujourd’hui ils étaient des fonctionnaires. Dommage. Quelques photos, je retrouve Jacqueline et Didier, J’achète des piles pour mon GPS et je remonte la rue d’Espagne. J’ai passé ½ heure à St Jean, à 15h10 je suis à la porte d’Espagne.

Cette porte d’Espagne c’est habituellement le départ pour l’étape mythique du chemin avec le passage des Pyrénées et de la frontière avec le point culminant du chemin. Moi j’ai choisi de marcher un peu plus aujourd’hui pour être à Roncevaux plus tôt demain.

La montée est rude, ça promet, la pluie est là par intermittence, du coup l’horizon est plus obscurs on devine les courbures des montagnes, par temps clair ce doit être superbe. Je rencontre une mamie qui fait sa ballade quotidienne, elle est plus âgée que moi et elle court comme un cabri…pas moi. Très peu de faux plat, juste monter, monter. A un carrefour un arbre immense, enfin j’aperçois le hameau, quelques manech broutent encore. Voila j’y suis, les Mayennais arrivent un peu plus tard.

Cette balade vous a plu,

  • Vous souhaitez la trace au format GPX ou KML,
  • Vous voulez m’apporter votre témoignage,

Laissez-moi un message via l’onglet « Contact » en mentionnant le nom de la balade.

  • Vous souhaitez recevoir mes nouvelles balades,

Inscrivez-vous à la newsletter..