Notre Dame des Neiges et Lizardoia par Erreka Idorra.

Notre Dame des Neiges et Lizardoia par Erreka Idorra.
Notre Dame des Neiges et Lizardoia par Erreka Idorra.

L’exploitation du bois dans la forêt d’Iraty évoquée dans ce musée à ciel ouvert, avec une échappée sauvage jusqu'à la cime du Lizardoia.

Le 25 septembre 2014, départ de Larrau du « parking » de Paxula, grand beau temps.

Pour rejoindre le parking, il faut passer le pont d’Orgaté (qui n’est pas là ou la carte l’indique) et continuer sur la piste pendant ± 750 m.

 

9h37 Après m’être instruit par la lecture du panneau indicatif je m’engage dans le sentier Erreka Idorra qui plonge dans la forêt.

Le sentier est bien marqué, l’Iratiko Erreka gargouille vers le bas, des rivières sèches dévalent de la montagne, la luminosité diminue les arbres font écran. Je continue à suivre les bornes jaunes et j’arrive à 9h48 sur l’évocation du transport des bois par câbles jusqu’aux scieries de Mendive.

Je continue de descendre,  9h54 je passe la passerelle sur l’Erreka Idorra, la remontée est raide et débouche sur la piste forestière. Des panneaux renseignent sur la faune et la forêt au gré des saisons. Des pistes sont labourées par les tracteurs débardeurs, de gros billons de hêtres sont en attente d’évacuation. Une tronçonneuse cesse ça plainte et un grand vacarme traverse la forêt, un géant est tombé. Sur le bord de la piste les billes de pieds me laissent le loisir de leur donner un âge, une borne me refait plonger dans le bois.

Auprès de la rivière sèche se trouve une évocation de voies légères Decauville pour l’évacuation des grumes de bois.

Le sentier longe la rivière puis  débouche à nouveau sur la piste forestière, au dessus des fougères j’aperçois un toit rond, ce doit être celui de la chapelle.

10h55 je rejoins les routes qui arrivent d’Espagne et prends sur ma gauche « l’escalier » qui monte vers les Casas de Irati puis au dessus vers la chapelle Notre Dame des Neiges.

Des hirondelles des fenêtres semblent terminer leur apprentissage aux dernières couvées de l’année, très vite elles vont devoir déménager.

11h12 je redescends vers l’accueil des randonneurs et l’aire de pique-nique. C’est une très belle réalisation qui vient d’être terminée pour les amoureux de la montagne et de la forêt mais accessible en voiture par Ochagavia. Le dialogue est difficile avec les gars de l’accueil, ils parlent peu le français, moi peu l’espagnol et pas du tout le basque. Pas grave, je comprends quand même que la montée vers Lizardoia n’est pas balisée.

La piste longe la rivière un peu en surplomb, encore de l’info sur la faune.11h41 sur ma gauche un sentier monte entre les hêtres, il rétrécit de plus en plus disparait par moment, des arbres sont couchés, visiblement ce n’est pas une voie très fréquentée. Les feuilles mortes cachent tout, je garde mon cap, il faut s’aider des mains et s’accrocher aux arbres. Dans cette jungle une apparition : un randonneur espagnol ! Dialogue difficile, je comprends quand même que « la cumbre » n’est plus très loin. Je longe les rochers, m’aide des branches et débouche sur la courte crête découverte à deux pas du cairn sommital de Lizardoia qui permet juste une vue sur l’Orhy. 

Je rajoute ma pierre au cairn, la descente par le flanc Nord/Est est beaucoup plus facile le sentier est bien marqué il faut parfois contourner un géant à terre mais le sentier se retrouve très facilement. Les arbres sont magnifiques, la forêt est épaisse les futs très longs, le silence impressionnant.

J’arrive à un ancien refuge en ruine, bascule Sud/Est continue de descendre allégrement, encore une rivière sèche et j’aperçois entre les arbres le sentier d’interprétation. 13h40 je pose mon sac pour casser la croute. 

14h je retrouve le sentier au niveau du site des rames, bifurque à droite pour rejoindre la cascade du Cubo. Séance photo avec des randonneurs girondins et je reviens sur mes pas sur le sentier, trouve d’autres panneaux informatifs puis le site explicatif des mats de navires, celui de l’écluse, quelques vaches ensonnaillées, et une barrière qui marque la sortie du bois.

Je rejoins la route, passe sur le pont d’Orgaté, retrouve la piste empierrée, dépasse le site charbonnier et à 15h43 rejoins ma voiture. (142-214)

Ce sentier d’interprétation est une très belle réalisation des régions de Soule et Salazar très agréable à parcourir, monter au sommet de Lizardoia dans cette superbe forêt préservée ne doit s’envisager qu’avec un pied sûr, et de bons instruments.

Cette balade vous a plu,

  • Vous souhaitez la trace au format GPX ou KML,
  • Vous voulez m’apporter votre témoignage,

Laissez-moi un message via l’onglet « Contact » en mentionnant le nom de la balade.

  • Vous souhaitez recevoir mes nouvelles balades,

Inscrivez-vous à la newsletter..