Lakhoura I et II, Heylé Gagné

Lakhoura I et II, Heylé Gagné
Lakhoura I et II, Heylé Gagné

En Haute Soule une balade sauvage sur les crêtes, quelques passages aériens, pied montagnard recommandé.

Le 7 juillet 2015, départ du col d’Errayzé  à la borne frontière 256, versant Espagnol en passant par le col de La Pierre St Martin.

9h, temps superbe, je passe près de la borne 256 et m’avance vers la crête plein ouest sur la petite trace dans l’herbe au dessus des barrières pare-avalanche. Très vite, la vue se porte à droite sur la cuvette d’Errayzé.

Au cayolar les brebis sont encore dans leur enclos, la mer de nuages est bloquée à hauteur des canyons. A gauche, les premiers 2000 espagnols s’éclairent sous le soleil.

Sur la crête, la sortie des gorges d’Ehujarré est en face de moi plein Nord.

La piste est à peine marquée et bascule versant Sud, je dérange des vautours, qui surplombent quelques passages aériens, faudra qu’ils trouvent un autre casse croute. Je passe une cheminée, faut un peu poser les mains et débouche sur une étonnante jolie cuvette puis continue vers Cortaplana. Au dessus de moi j’aperçois la borne géodésique du petit sommet espagnol de Lakora. 

J’entame une large boucle pour monter par la face Ouest, un troupeau de brebis s’écarte de mon passage. En prenant de la hauteur, toute la chaine de Bimbaleta à l’Orhy apparait mais mon chemin est à l’opposé et ça grimpe sévère.

 10h35 je suis au pied de la borne géodésique qui m’indique 1843,40m d’altitude. 

Tout azimut la vue est magnifique, la mer de nuages est toujours présente, j’essaie de me repérer vers le vallon d’Ardané et le pic de Chardékagagna qui seront bientôt à mon programme.

La montée vers le Lakhoura français se fait sans difficulté en moins d’un quart d’heure. Une plaque commémorative et un buzon sont plantés là, la vue est toujours aussi belle.

Je descends plein Nord. 

La végétation est plutôt basse, la descente se fait au jugé, des bouts de piste étroite apparaissent par moment mais disparaissent bien vite, merci les bâtons. Heureusement on est à découvert et je surplombe le chemin estimé, ça dure quand même 700m jusqu'à rejoindre le col d’Ihizkoundizéko.

Je monte sur le sommet herbeux d’Heylé Gagné, un troupeau de brebis aux couleurs du Pays Basque en occupe le sommet. Il est 11h50. Quelques photos panoramiques au sommet et sur le Lakhoura et j’entame la descente. 

Ne pensez pas être dérangé par la foule, pas de marques, pas de traces, quelques passages piétinés par les troupeaux mais pas de problème d’orientation, une fois en bas, faut contourner l’Uruso par le Nord. J’arrive à la retenue d’eau à coté de la ruine du cayolar d’Uruso, j’en profite pour me rafraichir au torrent et tremper mon béret. La brume est là, dans le canyon.

Le contournement est moins facile que je ne pensais simplement par ce que le devers est important et par moment le ravin est très proche au dessus de la grotte de Molerse.

Je dérange une fois de plus un troupeau et rejoins la fontaine d’Errayzé à la sortie des gorges d’Ehujarré. Même opération rafraichissement que précédemment, la brume remonte du canyon et commence à réduire la visibilité. Je traverse la cuvette pour rejoindre la piste qui dessert le cayolar.

Il me reste 1km à parcourir sur cette piste sous le soleil, plus de 30° étaient annoncés.

13h40 je rejoins la borne 256 et ma voiture. 

Je déménage en voiture au col de la Pierre St Martin pour casser la croute à l’ombre, sous le regard de biquettes et à coté de la borne frontière 262 ou sera renouvelé le 13 juillet comme tous les ans le plus vieux traité européen qui date de l’époque de Gaston Fébus et qui est connu sous le nom de : « le tribut des trois vaches ». 

Cette balade vous a plu,

  • Vous souhaitez la trace au format GPX ou KML,
  • Vous voulez m’apporter votre témoignage,

Laissez-moi un message via l’onglet « Contact » en mentionnant le nom de la balade.

  • Vous souhaitez recevoir mes nouvelles balades,

Inscrivez-vous à la newsletter..

Tags :

 

Soule, Errayzé, La Pierre St Martin, Lakhoura, Heylé Gagné, Ehujarré, Cortaplana, Lakora, Bimbaleta, Orhy, Ardané, Chardékagagna, Ihizkoundizéko, Uruso, Molerse, le tribut des trois vaches