Ineta, Larla.

Ineta, Larla.
Sommet de Larla

La traversée de la crête d’Ineta, comme les chèvres de dalles en blocs, la descente de Larla, comme les sangliers, dans les fourrés...beau et sauvage.

Le 30 décembre 2014, départ de Bidarray du parking entre les ponts, l’hiver est arrivé -3° à +1° un peu de soleil sur la fin.

9h45 je quitte le parking pour traverser la voie ferrée et le pont d’enfer, tout est givré, pas un chat dehors, mais quelques brebis et chevaux sont aussi dehors. Après 1200m de bitume je prends un sentier sur la gauche et monte le long d’une clôture en pierre puis entre les fougères bien rousses.

Bidarray est sous le soleil, la montée vers Iparla aussi mais le sommet est dans la brume. Toujours dans l’ombre et dans le froid mais la vue alentour est très belle dans le silence. J’arrive à la côte 374m une bergerie est à ma gauche.

Une minuscule piste semble être dessinée au milieu des fougères couchées dans la pierraille j’essaie de la suivre, les vautours sont à aussi. Les dalles bougent mais ne glissent pas, je continue d’avancer, le cairn du sommet d’Ineta est là, il est 11h35, j’ai un groupe de vautours à moins de 10m.

D’Ineta une crête  de 700m file Sud/Est vers Larla. Ce sont des dalles plus ou moins larges, aujourd’hui plus ou moins glacée, des fougères mortes et quelques bruyères ou ajoncs freinent les amorces de glissades. Je descends un peu pour suivre l’alignement des quelques arbres présents puis remonte sur la crête ou les zones herbeuses sont plus présentes. Les chèvres autochtones agiles et moqueuses m’ont regardé passé, parfois je les envie. Le toit d’Harretchéko Borda apparait, c’est la fin de cette arrête. Il est midi 10.

Je voulais revoir la faille et le sel de Palengoborda, alors je descends le sentier verglacé plein Est sur 200m pour remonter dans les rochers. La faille est toujours là elle se termine au pied de la clôture en pierre que je franchis pour aller vers la ruine de la bergerie. Je pensais y manger mais le vent glacial s’est levé et il n’y a pas vraiment d’abris. Je reprends la monté vers Larla, j’arrive au cairn du sommet à 12h50. La vue est superbe mais ça manque de soleil, la neige est sur Adarza, Iparla est toujours dans la brume, je descends vers la borde vers la côte 600m et vais poser mon sac sur un beau mur de clôture en bord de sentier.

13h35 je remets mes gants et reprends le sentier, plonge très vite entre les fougères dans une coulée à sanglier assez pentue, bordée de stalactites de glace pour rejoindre au bout d’un km la borde d’Itzééné. Là le sentier est bien plus large. Je traverse à gué un ruisseau chantant, je retrouve le soleil, le bitume, et les brebis manech. Un regard sur le village d’Itxassou, je repasse le pont et retrouve ma voiture, il est 15h20.

De très jolis points de vue jalonnent cette balade. L’été ou en pleine végétation les traces disparaissent et l’hiver il faut faire très attention aux dalles glissantes alors si vous partez seul n’oubliez ni le GPS ni les bâtons.

 

Cette balade vous a plu,

  • Vous souhaitez la trace au format GPX ou KML,
  • Vous voulez m’apporter votre témoignage,

Laissez-moi un message via l’onglet « Contact » en mentionnant le nom de la balade.

  • Vous souhaitez recevoir mes nouvelles balades,

Inscrivez-vous à la newsletter..