Haltzamendi, Laïna.

Haltzamendi, Laïna.
Haltzamendi, Laïna.

Belle balade montagnarde, quelques passages aériens dans la descente du Laïna par les crêtes.

Le 17 octobre 2013, départ bord de route à coté du stade d’Ossès.

Temps idéal pour randonner dés qu’on est au dessus de la mer de nuages. Température 23° l’après midi, pas de vent.

 

9h22 Je passe à coté du lavoir restauré et continue sur la route en suivant le fléchage jaune Haltzamendi. Ici la vue est dégagée sous la couche de nuage, mais c’est bien bouché au dessus.

La montée est régulière dans le chemin de pierres qui succède à la route. Une épave de charrette marque le début du sentier. Je suis dans le brouillard, il laisse entrevoir le paysage dans quelques trouées,

J’ai la surprise de trouver des arbousiers, le chemin est bien marqué entre la végétation dense et les rochers, la silhouette de pottoks se détache dans la brume qui s’épaissit.

Je passe outre la croix jaune pour suivre la sente qui monte vers le sommet pas la crête.

La végétation est devenue plus rase, la brume est moins dense mais toujours présente, je longe les rochers aux formes particulières.

J’arrive au dessus de cette mer de nuages et ça donne de superbes vues sur les crêtes voisines ou les montagnes lointaines.

11h 19 je suis sur la borne marquant le sommet de l’Haltzamendi. Au loin les antennes du Baïgura mais devant le sommet du Laïna.

Je continue sur la crête entre passages herbeux et labyrinthe rocheux sur ma droite de superbes ravins, de temps en temps il faut s’aider des mains mais pas de grosses difficultés.

12h13 je suis au cairn marquant le sommet du Laïna sous la surveillance de quelques vautours et dans l’indifférence des pottoks présents. Sur la mer de nuages la vue porte jusqu’au pic du Midi d’Ossau et au pic d’Anie, à l’ opposé je reconnais mes précédentes conquêtes, Artzamendi, Mondarrain, la Rhune, Zarkambidé, Iparla, et j’aperçois quelques futures prospections, Ichusi, Irubelakaskoa. Je pose mon sac pour mon casse croute et profiter de la vue. 

 

12h46 je lève le camp, devant moi, toute la crête que j’ai à descendre, je zigzague dans les rochers, quelques passages sont aériens, il vaut mieux ne pas avoir peur du vide.

Les tintements s’arrêtent, une trentaine de tête de chèvres me regarde passer, elles sont superbes, je les laisse dans la fougère et continue de descendre.  

 

 

Encore quelques vues vertigineuses, quelques passages délicats dans les rochers, quelques trouées dans la fougère et j’arrive sur une petite clairière qui me permet de faire un panorama du cirque devant le Laïna.

La sente se faufile dans la bruyère, j’arrive sur un sentier, à 14h 22 je suis en bordure d’Elichatéko, je laisse une bergerie a gauche, tout cela est en mauvais état. Je retrouve la civilisation, la fougère a été bottelée, je reprends une sente, descend le long d’une dernière barre rocheuse, franchis l’Eluet Erreka et débouche sur la route. Encore une sente en épingle à droite, un vieux lavoir condamné, et je retrouve celui qui a été restauré, une vue sur le joli clocher d’Ossès et à 15h10 je suis a la voiture.  

 

 

Sur le retour vers Irissary, je n’ai peu m’empêcher de faire ce panorama, c’était juste là.

 

Cette balade vous a plu,

  • Vous souhaitez la trace au format GPX ou KML,
  • Vous voulez m’apporter votre témoignage,

Laissez-moi un message via l’onglet « Contact » en mentionnant le nom de la balade.

  • Vous souhaitez recevoir mes nouvelles balades,

Inscrivez-vous à la newsletter..