Autour du Courant d'Huchet

Autour du Courant d'Huchet
Autour du Courant d'Huchet

Le dimanche 25 mars 2012 avec Josée; très grand beau temps 23°un léger vent par moment.

 

Départ et arrivée au parking du pont de Pichelèbe par Moliets (Landes).

  

Départ 14:30 h du parking avant le pont avec Josée.

Il faut traverser le pont pour prendre de sentier sur la rive droite en remontant le courant. Tout le long de la ballade on entend le grondement de l'océan pourtant a moins de 4 km au plus loin Le sentier est étroit mais bien visible les premiers mètres dans le sable c’est un peu pénible. On rejoint très vite le sentier sur un lit de feuilles diverses et d’aiguilles de pins. Dés chênes, pins, chênes lièges sont la majorité des arbres présents

Très vite on arrive à une chose que je ne connaissais pas : les pneumatophores des Cyprès chauves de Louisiane. Ce sont des racines aériennes qui peuvent avoir 1.50m de haut et qui permettent à l’arbre de respirer.

Le sentier continue dans le sous bois très agréable en suivant le courant qui coule gentiment sans bruit mais c’est encore très tôt dans la saison le vert n’est pas très présent sauf avec les houx, les chênes lièges les quelque arbousiers. On passe sous un pin tombé récemment, la déchirure est belle. Plus loin un pin tombé a servi de restau à un pic vert. On bifurque à droite pour traverser sur la passerelle et atteindre La Nasse.

Notre arrivée provoque l’envol d’un grand héron, il a été plus rapide que moi, j’ai dégainé trop tard. La Nasse est une ancienne pêcherie C’est maintenant un point d’embarquement des bateliers, l’airial est accueillant et agréable la saison des « croisières » dans l’Amazone Landaise commence dans 15 jours.

Au niveau du barrage une multitude de gros poisson font une ronde, je ne sais pas ce que c’est, mais visiblement c’étaient eux que veillaient le héron.


On reprend le chemin qui emprunte très ponctuellement la voie littorale du chemin de St Jacques.

Qui peut bien habiter cette maison loin de tout.

Et l’on arrive devant un chêne liège centenaire à la ramure impressionnante.

Ici une parcelle a subit les ravages de Klaus ou Xinthia, les pins sont tombés, seul les chênes lièges sont restés debout. Le sentier devient pénible du sable pour rejoindre la route et le parking du pont de Pichelèbe, on traverse et on repart vers l’océan toujours sur le sentier en suivant le courant.

Une cabane en brande est aménagée en observatoire sur le Marais de la Pipe, au loin la dune littorale, l’océan gronde derrière.

Voila, retour au parking, 9,200km en 2h30 – 3h. Fin avril ou mai quand le vert est mis ou a l’automne la balade doit être plus sympa.

 

Cette balade vous a plu,

  • Vous souhaitez la trace au format GPX ou KML,
  • Vous voulez m’apporter votre témoignage,

Laissez-moi un message via l’onglet « Contact » en mentionnant le nom de la balade.

  • Vous souhaitez recevoir mes nouvelles balades,

Inscrivez-vous à la newsletter..