Atxuria par Ibañeta.

Atxuria par Ibañeta.
Atxuria par Ibañeta.

Le chemin des sorcières, Zugarramurdi, puis la montée vers le col d’Ibañeta et toute la crête très ventée de l’Atxuria entre les dalles rocheuses, une belle boucle.

Le 8 janvier 2014, départ du parking de la carrière aux grottes de Sare.

Ciel voilé mais temps sec, 14 à 18° très agréable pour janvier, des rafales de vent sur les hauteurs.

 

9h40 je m’engage sur le sentier dallé parallèle a la route, franchis une barrière, traverse la route, reprends le sentier laisse a venta sur ma gauche pour faire une visite aux premières grottes dans la roche calcaire.

Encore du bitume puis un chemin bordé de clôtures en pierre sèche et j’arrive à la petite grotte d’Axko qui semble s’enfoncer profondément dans la roche. Les sorcières se sont pratiquées plein d’issues de secours.

Le sentier descend, la rivière de l’Enfer se fait entendre, j’aperçois la première cascade, je passe sur la passerelle, le torrent a taillé des marmites. Je quitte le site d’Akelarre qui n’est pas accessible par ici, monte les escaliers et débouche sur la route des sorcières à Zugarramurdi. J’avais prévu de visiter la grotte des sorcières mais elle est fermé, je reviendrai.

10h35 je traverse le village désert, remonte la rue au dessus de l’église, laisse le cimetière à ma droite et prends la piste qui monte vers Ibañeta. La piste monte bien, se rétrécie pour devenir une coulée de sanglier entre ajoncs et fougères heureusement sèches en cette saison et débouche sur une petite clairière et rejoint une piste en béton qui mène à Gaineko Borda dans un superbe cadre.

Je laisse le Malkor et sa couronne de rochers à ma gauche, rentres dans le bois, franchis une passerelle rustique, rajuste mon béret a l’approche, du col d’Ibañeta, le vent s’est mis à souffler en rafales il est 11h35.

Avec les fougères sèches, cromlech et autres dolmens sont plus visibles, je prends tout droit a l’opposé de l’Airagarri pour la montée vers l’Atxuria. Je contourne et m’abrite derrière les gros rochers pendant les rafales, le montée est régulière avec de superbes vues dans les ravins coté espagnol. Un gros cairn est au pied de la dernière montée, quelques rares pottoks paissent sur la pente herbeuse, 12h27 j’arrive au 1er des 2 cairns sommitaux. Le vent c’est remis à souffler, je redescends pour ne pas le subir, et remonte au 2ème cairn et à la borne géodésique il est 12h32. Je redescends nord/ouest le vent a cessé, je pose mon sac sur une dalle il est 12h39, pause déjeuner.

Vingt minutes plus tard je suis à nouveau sur la piste sous les larges dalles. Je vais visiter un affût, au moment de basculer de l’autre coté de la crête vers le Saïberri, zef se réactive. Du coup je change mon parcours, traverse plein nord le versant herbeux vers la piste large et caillouteuse puis reprends plein ouest vers Arrosagaraikoborda pour ne pas avoir à manger la poussière qui monte de la carrière.

14h19 je suis à la barrière en bord de route et 5 minutes plus tard à ma voiture. 

Cette balade vous a plu,

  • Vous souhaitez la trace au format GPX ou KML,
  • Vous voulez m’apporter votre témoignage,

Laissez-moi un message via l’onglet « Contact » en mentionnant le nom de la balade.

  • Vous souhaitez recevoir mes nouvelles balades,

Inscrivez-vous à la newsletter..