Artzamendi, Zarkambidé et pierres meulières.

Artzamendi, Zarkambidé et pierres meulières.
Artzamendi, Zarkambidé et pierres meulières.

Un sommet très couru par une jolie boucle qui l’est moins, les pierres meulières de Menditipikobizkarra, mais prudence pour les derniers 500m.

Le 18 décembre 2013, départ derrière la ferme Ossiartéa à Bidarray, Pyrénées Atlantiques.

Beau temps pour la saison, de 7° à 17°,  ciel bleu et du vent sur les crêtes mais sans exagérations.

 

9h40 Je passe le portillon en fer et m’engage sur la large piste entre le bois et le flanc de la montagne. Dans le  5ème virage une petite piste monte plein Ouest, c’est mon chemin. La montée est raide mais agréable, le sol est pavé de larges dalles. A gauche la vue donne sur de profonds ravins. Passé cette première rampe la sente continue sur l’herbe rase. Je laisse un enclos et sa borde en ruine à droite, pour saluer quelques chèvres et pottocks qui paissent à proximité.

Une première meulière est abandonnée vers Zelhaïa, la borde de pierre rouges a été restaurée. Sur le flanc d’Artzamendi un enclos de pierre sèche ne connait pas les angles droits, c’est superbe.

11h 36 le dôme du radar de l’Artzamendi apparait.

Je prends au large pour arriver par le Nord/Est, mais impossible de faire le tour du dôme la clôture Nord donne sur le ravin. Aujourd’hui le temps est magnifique, la vue porte au loin de l’Espagne, jusqu’au-delà de l’Ossau.

Je reste au plus prêt du sommet, une antenne et une parabole ont  mal supporté les rafales de vent.

11h55 je suis au buzon mais le vent souffle par moment et je ne m’attarde pas au sommet.

Je descends par les éboulis au bord de la crête de Menditipikobizkarra au milieu du labyrinthe de dalles et c’est là que je trouve des pierres meulières en grés, pré-taillées sur place, certains bergers étaient aussi des tailleurs de pierres, et il fallait certainement une grande ingéniosité pour descendre en bon état ces pierres de plus de 400kg.

12h20, le vent souffle toujours,  je trouve un abri dans une fosse rocheuse pour ma pause casse-croute.

12h43 je reprends la descente vers le col de Méhatché et bifurque sur la borne 81 au milieu des cromlechs.

J’arpente le GR 10 sur 1km de plat par le col d’Artzatey jusqu’au col d’Espalza, ça permet d’admirer au loin les sommets couverts de neige. 

Je prends plein Est pour gravir puis descendre la crête de Zarkambidé, les ravins sont toujours aussi beaux, les vautours passent en escadrilles. Au loin j’aperçois la ferme Ossiartéa et ma voiture, encore de belles clôtures en pierres aux formes superbes.

14h 22 le premier bâtiment de Marapouchounéa se montre entre les arbres.

Je longe la borde couverte de dalles et la clôture, j’aperçois en contrebas un ruisseau qu'il va falloir traverser, le sentier a disparu sous le matelas de feuilles de châtaigner la descente est raide : prudence et merci les bâtons. Je passe à gué, le portail est ouvert je remonte et traverse le bois. Toujours pas de trace de sentier, merci GPS, encore une descente raide et délicate pour une nouvelle traversée à gué d’un autre ruisseau, je longe un muret de pierre et aperçois mon sentier du matin. Un dernier pottock est en faction, 14h50 je passe le portillon et je suis à la voiture.

Cette balade vous a plu,

  • Vous souhaitez la trace au format GPX ou KML,
  • Vous voulez m’apporter votre témoignage,

Laissez-moi un message via l’onglet « Contact » en mentionnant le nom de la balade.

  • Vous souhaitez recevoir mes nouvelles balades,

Inscrivez-vous à la newsletter..