Ahusquy, Bohorcortia, poljé d'Elsarré, vers la reculée de la Bidouze.

Ahusquy, Bohorcortia, poljé d'Elsarré, vers la reculée de la Bidouze.
Ahusquy, Bohorcortia, poljé d'Elsarré, vers la reculée de la Bidouze.

Une grande boucle au Sud Ouest de le Foret des Arbailles, des zones très sauvages, mais trop de pistes forestières à mon gout.

Le 29 juillet 2013, départ depuis le parking derrière l’Auberge d’Ahusquy à Aussurucq, noir et couvert puis chaud et ensoleillé ensuite. 19° à 31° annoncé.

9 h 28 je quitte le parking et je prends la route qui continue au dessus de l’auberge, les chevaux ne sont pas farouches, le ciel est dégagé vers l’Ouest, mais un gros nuage noir avance de l’Est. Un premier troupeau de manech est au bord de la route. Je bifurque à gauche pour me diriger vers la Fontaine d’Ahusky et gouter à son eau minérale.

9h 45 je contourne le grand abreuvoir pour prendre Nord/Est vers le Bohorcortia., Le nuage noir couvre ma zone et joue avec le soleil, pour donner aux les pâturages de curieux éclairages.

10h05, je suis sur la borne matérialisant le sommet. Je redescends vers la cote 1109 en faisant une grande boucle dans ce versant herbeux pour contourner une doline.

 Je recoupe une nouvelle fois la piste et me dirige vers le cayolar Lecharégaratia. Le berger vient de lâcher ses brebis et elles montent plus vite que mois sur le flanc de la montagne. Bonjour au berger, une caresse à son border collie, un coup d’œil aux 4 cochons en liberté et je rentre dans une belle zone sauvage.

Le nuage noir est toujours dans le coin et joue toujours avec le soleil, j’arrive à la cote 1032 sur un sommet herbeux, Je vais dévaler ce versant en coupant de sentes en sentes horizontales pour rejoindre le cayolar Lécharéguibela et plein Nord dans une autre zone très sauvage karstique de la foret de Arbailles. Quelques marques jaunes ou quelques cairns moussus montrent que d’autres randonneurs passent par là, mais ce doit être assez rare. Je traverse une piste pour plonger encore dans le bois très humide. Midi, je sors du bois sur une sente très au dessus de la piste, j’aperçois le sommet de Zabozé et le débouche sur le plateau d’Elsarré.

Quelques troupeaux de vaches occupent le terrain.

Midi 1/4 je quitte la piste et rentre dans la forêt. Au bout du sentier, j’arrive au fond de la reculée de la Bidouze, face à la falaise d’où elle jaillit. D’ici la source est inaccessible, l’accès aux échelles est interdit, tout est clôturé de grillages et barbelés.

J’entends la cascade, mais point de grotte. J’y reviendrai par une autre voie.

Demi-tour, 12h 45 je pose mon sac sur un lapiaz moussu pour casser la croute à la sortie du bois.

Pendant ma pause, un groupe de spéléo est arrivé et s’équipe pour descendre en en rappel puis remonter la source.

13h08 je repars traverser tout droit le poljé d’Elzarréko Ordokia tout plat, enchâssé entre les montagnes, puis je reprends la piste forestière vers le cayolar Erbinia et celui d’Istaurdy. Une brebis est scotchée au milieu du chemin…bizarre.

Je quitte enfin la route pour retrouver une sente rustique et après le col d’Inharpu une vue sur la chaine du Mendibel.

La sente surplombe la route départementale de quelques mètres, les chardons bleus jalonnent le chemin.

14h45 le toit de l’auberge apparait, je retrouve les chevaux du départ ainsi que ma voiture. Le GPS m’indique 4 h 54 de marche.

Cette balade vous a plu,

  • Vous souhaitez la trace au format GPX ou KML,
  • Vous voulez m’apporter votre témoignage,

Laissez-moi un message via l’onglet « Contact » en mentionnant le nom de la balade.

  • Vous souhaitez recevoir mes nouvelles balades,

Inscrivez-vous à la newsletter..